FDA Mag

Les nouvelles du web et d'ailleurs !

L’équipée du Cannonball

Le Cannonball c’est une course automobile sur 5.000 km à 140 de moyenne, du New Jersey en Californie, c’est-à-dire d’un bout à l’autre du continent américain. Parmi les engagés, nous allons suivre : la Rolls blanche d’un cheikh arabe, la Ferrari rouge de deux (faux) pasteurs anglicans, une ambulance (fausse) avec un (faux) docteur ivrogne, des Japs qui pilotent la nuit aux infrarouge avec magnétoscope pour cassettes X.L'équipée du Cannonball Tous les coups sont permis : c’est le seul point du règlement ! En avant à fond de champignon pour la folie ! Hal Needam est un réalisateur, ex-cascadeur qui connaît parfaitement la question… et la mécanique. Avec son complice Burt Reynolds, qui était « Le bandit », ils ont fait ensemble une série de succès. Parmi les stars invitées, Roger Moore parodie James Bond dans son Aston-Martin bourrée de gadgets, et l’ex-drôle de dame, c’est Farrah Fawcett. Quand au compère habituel de Mal Brooks, Dom DeLuise c’est un gros bouffi qui se prend pour Superman avec cape rouge et masque noir ! Alors, les voitures plongent dans les piscines, on roule à moto dans les couloirs des hôtels, bref, c’est un jeu hystérique à la manière des dessins animés de « Satanas et Diabolo » à la télé. On dirait un numéro spécial de «Incroyable mais vrai»: on casse de la bagnole, les sirènes de police n’arrêtent pas, les bagarres homériques se succèdent. On entend même de la bonne musique par Ray Stevens et Chuck Mangione. Que demander de plus ?

Le juge et l’assassin

Le juge et l'assassinAprès «Que la fête commence !», Bertrand Tavernier persévère dans la voie de la reconstitution historique avec cet extraordinaire fait divers qui a défrayé la chronique de nos provinces dans les années 1980… Joseph Bouvier, un ancien sous-officier qui nourrit une dévotion mystique pour la vierge Marie, parcourt les campagnes comme un vagabond dans le seul but de violer et d’égorger des petites filles. Un magistrat austère, le juge Rousseau, décide de mettre fin à ses funestes activités et se lance à sa poursuite. C’est le combat sans merci de la justice contre le crime, de la raison contre la folie, de l’ordre social contre la marginalité… L’acharnement du juge, qui évoque celui de Javert contre Jean Val jean dans «Les misérables», n’a d’égal que l’égarement criminel à demi-inconscient de Bouvier. L’intrigue «policière» avant la lettre n’est qu’un prétexte pour Bertrand Tavernier, qui trace un tableau social de la France de l’affaire Dreyfus. Dans le rôle de Rousseau, Philippe Noiret est exemplaire, mais la grande révélation du film fut la composition saisissante de Michel Galabru : cet habitué du comique gaulois incarne l’assassin mystique avec une finesse et une sensibilité hors pair il y est hallucinant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>